Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 21:55

  Théa a 16 ans et, un jour de cours où elle ne tient plus, elle attaque la petite amie de son meilleur ami dont elle est secrètement amoureuse depuis sa plus tendre enfance. Là, le professeur Jones la remarque en train de crier "Je veux que le temps s'arrête" et décide de lui proposer de participer à son expérience. Une expérience scientifique qui empêche le corps et l'apparence de vieillir, de se faner. Théa décide de saisir cette chance inespérée, confondant presque non-vieillissement et immortalité.

  Mais était-ce vraiment le bon choix?

 

                   MON AVIS

 

  Je dois l'avouer ; je suis ressortie de ce livre changée, différente.

  Comme beaucoup, je pense, surtout à mon âge, je m'intéresse beaucoup à l'immortalité humaine, à tout ce qui touche de près ou de loin au rajeunissement ou autres...beaucoup de questions tournent, tournent, restant finalement en suspens. Face au choix auquel Théa est confrontée, qu'auriez-vous choisi? Eh bien, je peux vous dire qu'à sa place, je pense que j'aurais quand même décidé la même chose qu'elle.

  Mais ceci, c'est mon opinion personnelle! ^^"

  Revenons-en au sujet principal : le livre!

  Tout d'abord, je voudrais dire merci à l'auteure et à son éditrice pour m'avoir permis de lire ce livre qui a bouleversé ma façon de voir beaucoup de choses. Je sais que j'ai beaucoup insisté au risque de paraître un peu trop envahissante, mais aujourd'hui, après cette lecture, je ne le regrette et j'espère que vous ne le regretterez pas non plus. =)

  Ensuite, je désire parler un tout petit peu de la couverture et de l'aspect "extérieur" du livre qui était quand même très, très important étant donné le sujet qu'il traite...! Cette rose, pour moi, représente justement que l'éternité n'est pas. La nature est là pour le prouver. Et si l'éternité est un jour, alors elle ne sera pas naturelle et les fleurs, les herbes, les arbres tout autant que la pluie ou le soleil seront là pour le prouver. Cette rose bleue, magnifique, symbolise que même la plus infinie beauté se fane, et finit par mourir, d'où les gouttes de sang qui personnifient pour moi la rose en un être humain... Vous me suivez? ^^" La quatrième de couverture n'est pas particulière, mais j'adore le doré qui la colore et la rend très "starlette"...il faut lire le livre pour comprendre...!

  Par où continuer?

  Dès sa sortie, ce livre m'a beaucoup attirée par son sujet, comme je le disais précédemment et c'est avec une grande joie que je l'ai reçu, après quelques mois d'attente après sa sortie.

  Tout commence avec cette bagarre. Cette bagarre qui est l'élément déclencheur de l'histoire, en quelque sorte. A ce moment-là, Théa est complètement perdue. Flanquée d'une mère obsédée par sa jeunesse qui se dessèche et par cette apparence lisse qu'elle veut se procurer par une multitude de chirurgies plastiques, d'opérations esthétiques... Tout ça en partie dans le but de retrouver du travail pour être présentatrice télé. De l'autre côté, son père qui vit de l'autre côté de la côte depuis le divorce et sculpte pour vivre, connaissant un succès assez certain. Et puis, il y a Théo. Théo qui, par un signe du destin, porte presque le même prénom qu'elle et a emménagé dans la maison d'à côté alors qu'ils n'avaient tous deux que trois ans. Depuis, inséparables! Mais pour Théa, il n'est pas seulement son meilleur ami. Un sentiment plus fort le lie à lui... 

  Dans ces circonstances, elle décide donc de saisir cette opportunité et de tenter le coup. Une décision très importante mais prise un peu trop à la légère, ce qu'elle regrettera amèrement.

  Lorsqu'on entre dans le récit, Théa nous raconte son histoire au passé, sur les falaises de Portbrise on ne sait quand, jusqu'à la fin. Elle nous raconte le récit de cette aventure, de loin, par souvenirs émergeant de son esprit par rafales, telles les vagues qui s'écrasent contre les roches, elle, écrase les mots qu'elle désire faire sortir sur sa tablette numérique.

  Le roman est très...propre? Non, ce n'est pas le mot, mais je veux dire que tout est très défini dans sa tête lorsqu'elle nous conte ses péripéties passées, créant du coup une sorte de flou pour les lecteurs. C'est assez bizarre, en fait...

  Cependant, l'histoire est très, très bien construite, et m'a vraiment traversée, bouleversée de toute part ; j'en suis ressortie changée, comme je le disais. En lisant, j'avais l'impression d'un récit presque autobiographique tant il avait été écrit et pris avec sincérité, émotion...ça me paraissait si vrai, si réaliste... Bien sûr, ça ne l'est pas (autobiographique, je veux dire), mais c'est extrêmement crédible et en faisant la connaissance de Théa, on a l'impression de rencontrer une vraie personne.

  Les personnages, j'y viens, sont très particuliers, tous. Avec quelque chose qui les rend très humains, très vrais, encore une fois, plus que dans les autres livres que j'ai pu lire. J'avais l'impression d'être dans une sorte de journal intime. Lors des premières scènes, Théa m'a tout de suite parue superficielle, mais au fur et à mesure du livre, elle prend, paradoxalement, un sacré coup de vieux, psychologiquement et intellectuellement parlant. Elle évolue tant qu'elle quitte son enfance, son adolescence et rejoint directement les adultes, sans pouvoir échapper à la réelle dureté de son choix. On la comprend vraiment bien, s'assimilant à elle à un point extraordinaire. Alors, de petits poignards se fichent dans notre coeur lorsque ses premières désillusions apparaissent...rapidement.

  On se rapproche également très facilement de Zoé, la meilleure amie de Théa, une excentrique complète au look très farfelu. Théo est également un personnage très attachant par sa générosité, son innocence, cette enfance qu'il ne semble pas vouloir quitter, cet amour qui le rend adorable.

  Les parents de Théa sont assez centrés sur eux-mêmes, surtout sa mère, même qui elle ne le désire, c'est plus..."instinctif". Cependant, derrière cette carapace, on sent qu'elle aime vraiment sa fille et qu'une grande culpabilité l'accapare lorsqu'elle se rend compte qu'elle n'a pas forcément poussée son enfant unique dans le droit chemin. Quant à son père, on n'en parle pas beaucoup avant le milieu, voire la fin du livre. Au début, je me suis imaginée quelqu'un de strict, pas sévère, mais assez prévenant, très attentif, donc forcément un peu strict. On le prend un peu pour celui qui ne prend aucun risque, mais derrière cette apparence se cache une tout autre personne beaucoup plus forte, réconfortante, et très, très paternelle. Bref, à première vue, ces parents ne sont pas forcément exemplaires, quoique pour le père, si, finalement, mais à mieux regarder, ils sont vraiment dévoués, intéressants comme personnages.

  Bon, je me perds un peu trop en détails...! 

  Je terminerai par cette plume d'une qualité absolument incontestable. Cette écriture m'a transportée sur l'écume que l'auteure décrit parfois. Cette écriture...je n'en ai presque jamais lu de si belle. Les tournures de phrases n'étaient pas forcément compliquées, mais le style de l'écrivaine est un pur chef-d'oeuvre à lui tout seul et le plus surprenant c'est que j'ai eu l'impression qu'elle alignait les mots sans difficulté, que ça lui étit propre, comme le sel est propre à la mer. Il est doux mais puissant en même temps et extrêmement attachant, encore une fois. C'est un don inné chez elle, quelque chose de magnifique. Je sais que c'est aussi ce qui m'a fait apprécié ce livre beaucoup plus qu'un autre. Epoustouflante, cette écriture. Vraiment, j'en tremblotais même, certaines fois, tant la sincérité se dégageait de ces belles phrases.  

  J'ai donc énormément aimé ce livre. Un réel coup de coeur que j'ai d'ailleurs du mal à décrire. Désolée pour la longueru de ce billet, mais c'est un livre qui, malgré son nombre de pages relativement petit, dégage une tel sentiment d'impuissance, de vide et de plein en même temps...tant de sentiments contradictoires, qui se croisent de toutes parts qu'il est iompossible de résumer cela en seulement quelques lignes ; je pourrais en parler des nuits durant...! Mais je vais vous épargner, parce que je pense vous avoir suffisamment donné envie de dévorer ce petit diamant!

  Merci à Florence Hinckel, pour m'avoir permis de lire ce livre, bien sûr, mais surtout et d'abord pour l'avoir écrit.

  Un inoubliable et gigantesque coup de coeur. Les mots m 'en manquent.

 

(Comporte 238 pages.)

 

    étoile étoile étoile étoile étoile étoile étoile

  Elu coup de  8937439-symbole-gribouill-es-coeur-rouge.jpg de Février 2012! 

 

                                     Goutte!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Catherine COUGNET 10/02/2013 16:53


Je connais une ado qui adore lire et à qui je pourrais offrir cet ouvrage. Merci pour votre rubrique, que je connais depuis peu, mais dont je me sers pour offrir des livres !!


 

riviere-de-mots 11/02/2013 15:47



=)


Je vous en prie!



Je suis plongée dans...

Divergente, tome 2 https://encrypted-tbn2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRQG3vAL0vqIYAatIv8QMU3IBl768lDlPG7i4lGlSyFIK29QZonnw

Recherche

Ce blog est neutre en carbone!

 Eh oui! Qu'est-ce que vous attendez pour sauter le pas? Un blog neutre en carbone, ça fait du bien à l'environnement! Pour chaque blog inscrit,  

badge-co2 page vert 125 tpt

un arbre planté!