Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 22:07

  C'est l'histoire d'Anne-Lise, une jeune fille pleine de vie, charmante, courageuse et toujours souriante, qui tout au long de sa vie se battra combativement contre le cancer qui empiétera sur tout. C'est l'histoire de son combat, c'est l'histoire de cette guerre durement menée et racontée à la première personne, parce que cette jeune fille aurait pu écrire ces mots. Ces mots que son père a décidé de rédiger et d'écrire noir sur blanc.

 

Ecrit par Bernard Chaussegros

Aux éditions Calmann-Lévy

192 pages 

 

                 MON AVIS

 

  Tout d'abord, un énorme merci aux éditions Calmann-Lévy pour m'avoir permis de lire ce livre fabuleux, que j'ai dévoré en deux jours tant il m'a plu et m'a touchée.

  Un livre magnifique et bouleversant qui commence avec une écriture un peu naïve et infantile, juvénile d'une petite fille de quatre ou cinq ans. Anne-Lise. Une petite fille bien courageuse qui a su se défendre des fois et des fois contre l'indéniable assaut de la maladie et le perpétuel combat qu'elle a dû mener. 

  Après Nos étoiles contraires, que j'avais tout simplement...adoré, mais le mot est bien faible, je me suis plongée dans ce livre sur le même thème de fond avec beaucoup d'anxiété, d'un côté, et beaucoup d'empressement de l'autre parce que ce livre m'avait l'air fabuleux mais que j'avais peur d'être déçue après mon coup de foudre pour le dernier livre que je viens de citer. Et finalement, pas du tout. Il m'a touchée au moins autant, mais très différemment. Car ces deux histoires ont beau toutes deux être sur le cancer, elles sont totalement différentes, et je pense qu'aucun livre relatant cette maladie n'est semblable. Car à chacun sa perception. Ici, l'auteur est le père d'Anne-Lise qu'on suit du début à la fin. Qu'on voit grandir, évoluer avec ce constant fardeau.

  On connaît la fin dès le début ; elle est écrite sur la quatrième de couverture. Anne-Lise, comme beaucoup de personnes atteintes du cancer, s'éteint à 25 ans, environ. Dès le début, on le sait. Et pourtant, on se prend à espérer, à se dire que finalement, ce résumé n'était qu'un subterfuge. 

  Cette histoire m'a traversée toute entière et s'est nichée dans mon coeur pour ne plus en ressortir. Cette histoire est belle. Triste, évidemment, je ne peux le nier, mais belle parce qu'Anne-Lise n'abandonne jamais malgré tout ce qu'elle surmonte. Malgré les tumeurs, les maladies, les regards des autres, la perte insultante de ses cheveux, malgré tout ce qu'elle peut endurer, elle ne lâche rien et croit en sa rémission. 

  L'écriture, j'y reviens, m'a donc beaucoup surprise au début, mais je m'y suis bien vite fait. Et puis, au fur et à mesure du livre, Anne-Lise grandit et les lettres et les mots prennent de la hauteur et de l'importance en emportant cette enfance passée à se soigner. L'écriture est pudique, fragile, tout de même, mais se fortifie comme la narratrice. Le style reste simple mais plutôt unique en son genre dans des histoires comme celle-ci, ne s'embarrassant pas du plus compliqué, relatant simplement les faits d'une extrême justesse, avec une pointe de nostalgie, de mélancolie qui se sent dans certaines pages plus que d'autres. 

  Anne-Lise est une jeune fille extrêmement attachante parce qu'elle ne s'apitoie pas sur elle-même, elle vit au jour le jour et peu importe les conséquences. Elle ne regarde pas devant ni derrière elle, mais ce qui se passe sur le moment, sans préavis, sans jugements. Avec une vivacité et une subtilité déconcertantes.

  Pour moi, le seul bémol, c'est qu'on ne la voit pas assez grandir. C'est voulu, bien évidemment. L'auteur a voulu nous décrire des faits marquants de la vie de sa fille. Des choses dont elle a été fière ou qui l'ont aidée à ne jamais se résigner, ou bien des choses tristes mais irrémédiables.  Mais sans nous renseigner sur le temps réel. On sait approximativement, mais généralement, les souvenirs ne font même pas partie d'une même année à la fin, si bien que c'est assez déroutant. Mais ce n'est pas quelque chose de vraiment important, c'est juste que je fonctionne beaucoup avec les chiffres et l'âge et que je n'ai pas l'habitude de voir avancer des personnes dans des romans aussi vite. C'est une des ressemblances que j'ai vues avec L'histoire d'Helen Keller, un roman très boulerversant également. 

  Ce livre m'a touchée. Enormément. Il m'a bouleversée et vous bouleversera à votre tour. Ce livre n'est pas qu'une histoire ; c'est une vie. Une vie horrible mais admirable par le courage et la force personnelle qu'elle demande.

  Et enfin, je ne sais pas comment son père, l'auteur, a pu rédiger ce livre jusqu'au bout. Parvenir à la dernière ligne où j'ai versé quelques larmes, et l'envoyer à une maison d'édition. Je ne sais pas où il a trouvé le courage pour faire ça, mais je sais que ce livre est une très grande réussite et que ça a dû être très dur de se replonger dans cette vie perdue et chérie. Alors BRAVO à lui et à sa famille si, un jour, ils lisent ces lignes ; bravo pour leur courage.

  Je tenais juste à le préciser, parce que c'est très important, je trouve.

  Ici se termine ma chronique et j'insiste une dernière fois : lisez ce livre. Vous l'ouvrez, vous ne pouvez plus vous empêcher de le lire. Je me suis à nombreuses reprises empêchée de pleurer parce que j'étais tellement dans l'histoire que je l'ouvrais n'importe où et que pleurer en classe, en plein cours ou dans le train, c'est quand même un peu louche... Mais à la fin, je me le suis permis parce que quand même, là, c'était le trop-plein qui sortait, plus la fin alors là, on ne peut pas ne pas pleurer...! Pour ma part, en tout cas.

  "Le combat bouleversant d'une enfant", je rajouterai "majestueux" à cette phrase. Je dirai que cette combativité est belle.

 

                      Goutte! 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marie 07/04/2013 17:12


Je n'en avais jamais entendu parler auparavant, mais il a l'air très bien... :)

riviere-de-mots 07/04/2013 18:33



Il est mieux que ça encore...largement!



La tête dans les livres 06/04/2013 17:49


Je viens de lire Nos étoiles contraires et bon, les livres sur le cancer ce n'est vraiment pas facile à lire!


Ce livre que tu chroniques a l'air très beau et quand j'ai vu que c'était le père de la jeune fille qui l'avait écrit, je me suis aussi demandée comment il avait trouvé le courage de le faire...
Ca me donne très envie de le lire, mais en même temps je ne sais as si j'ai envie de me plonger dans un livre aussi poignant :(

riviere-de-mots 06/04/2013 20:01



Oui, c'est un livre fabuleux et même si c'est sur le cancer, il passe bien et ne fait pas trop, trop pleurer parce que ce combat est vraiment très beau. Bon, bien sûr, à la fin, on verse quelques
larmes, mais...c'est une livre magnifique, franchement! Allez, courage! ^^



Je suis plongée dans...

Divergente, tome 2 https://encrypted-tbn2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRQG3vAL0vqIYAatIv8QMU3IBl768lDlPG7i4lGlSyFIK29QZonnw

Recherche

Ce blog est neutre en carbone!

 Eh oui! Qu'est-ce que vous attendez pour sauter le pas? Un blog neutre en carbone, ça fait du bien à l'environnement! Pour chaque blog inscrit,  

badge-co2 page vert 125 tpt

un arbre planté!